UNION NATIONALE DES COMBATTANTS FÉDÉRATION DE MOSELLE
UNION NATIONALE DES COMBATTANTS FÉDÉRATION DE MOSELLE

FEDERATION UNC de la MOSELLE REUNION des PRESIDENTS et CADRES des SECTIONS FAULQUEMONT – 21 OCTOBRE 2018

Michel Desinde, président de la section de Créhange- Faulquemont a organisé la réunion annuelle des présidents et cadres de la fédération UNC de la Moselle, le 21 octobre 2018.

Après enregistrement, café et croissants, les participants ont pris place dans la salle. Le nouveau président départemental, Jean Charles Barrois a accueilli Mr. Bianchin, maire de la commune, enchanté de recevoir dans sa ville les représentants de l’Union Nationale des Combattants de la Moselle. Le programme de cette séance de travail réalisé sous vidéo-projection, a été inédit, en invitant pour la première fois, les vice-présidents Lucien Rodriguez, Rachel Arcella, Bernard Schoeser et les délégués de secteur, Rigobert Ziegler, Patrick Millery et Claude Petigand à prendre la parole. 

Rachel Arcella, Jeune vice-présidente de la zone géographique de Moselle Nord a développé une analyse très constructive sur la cohésion au sein de l’UNC, le respect des anciens, la place des Opex, la communication aujourd’hui dans un monde connecté avec des outils modernes en proposant pour ceux qui le souhaitent, une aide à la formation, le vivre ensemble, source de richesses partagées. 

  • Bernard Schoeser, après avoir présenté les sections de sa zone géographique de Bitche et Saint Avold a porté l’accent sur le recrutement, particulièrement les nouvelles orientations vers celles et ceux qui œuvrent pour la sécurité de notre pays, militaires, réservistes,

pompiers, policiers et toutes autres filières assurant la protection des vies et des biens, les oubliés de 1962/1964, pour construire l’UNC du futur.

  • Lucien Rodriguez, capitaine, retraité de la gendarmerie en 2013, a rejoint l’UNC en janvier 2015, élu vice-président de la zone géographique de Moselle Sud a fait part de ses objectifs : continuer à tracer le chemin créé par Georges Clémenceau et le Père Brottier, apporter ses expériences militaires et professionnelles dans la nouvelle dynamique associative, rechercher et convaincre les indécis aux fins d’assurer pour l’avenir un recrutement cher aux valeurs patriotiques.
  • Robert Ziegler, délégué du secteur Thionville – Trois Frontières : le secteur se compose de 9 sections pour 1229 adhérents représentant 21% des effectifs de la fédération, ce qui est remarquable. Il organise chaque année deux réunions de secteur qui se déroulent par roulement dans l’une ou l’autre des sections. Il a évoqué plusieurs évènements locaux et surtout fait le point sur les futurs 36 dossiers de carte du combattant pour les oubliés de 1962/1964.

Claude Petitgand, délégué du secteur Orne – Moselle, a développé avec de nombreuses photos, les actions menées dans les écoles, instruction civique, réalisations de nombreux drapeaux confectionnés par des bénévoles, plus de 43 écoles, 500 élèves réunis lors de la remise officielle avec la remise de l’insigne UNC « jeunes » aux portes drapeaux. Il a défini très clairement les règles et les modalités en cas de fusion entre section.

  • Patrick Millery, délégué du secteur Moselle Sud et Val de Sarre a fait le point sur l’ensemble des sections et précisé les différentes missions dont il a la responsabilité. Il a rappelé les avantages de la retraite mutualiste du combattant.

Jean Paul Martin, responsable du listing a présenté les nouvelles procédures ainsi que le nouveau logiciel qui permet une prise en compte immédiate et félicité François Vanhove, le trésorier départemental pour avoir réalisé une mise en forme des fichiers sections sur le site internet de la fédération, permettant à chaque président d’avoir une situation précise de ses effectifs à un moment donné, une démarche moderne qui ne nécessite ni papier, ni timbre, ni enveloppe. Rappel également aux responsables des listings de vérifier les adresses de leurs adhérents pour éviter tout retour du journal de la Voix du Combattant qui reste un travail fastidieux et pénible. Mais les efforts semblent payer car les retours sont désormais moins nombreux

François Vanhove, trésorier départemental, a d’abord fait le point sur toutes les améliorations portées au site internet qui devient l’interface de la fédération, un outil dans la modernité de notre époque qui préfigure l’avenir. Tout y est pratiquement pour permettre aux présidents de section, secrétaires, trésoriers, responsables du listing, d’effectuer les démarches essentielles dans l’exercice de leurs fonctions.

René Vigreux, responsable du concours départemental de réflexion civique a rappelé le succès rencontré lors du congrès du centenaire à Woippy, le 6 mai 2018 et précisé que ce concours était ouvert à tous, classes primaires et secondaires, collèges et lycées, université et également en candidat libre.

Pour 2019, deux sujets ont été élaborés, à savoir :

1 - Le Traité de VERSAILLES

Entre avancées et dérives, quelles sont les forces et les faiblesses de son application de Juin 1919 à Septembre 1939 ?

2 - Le DROIT DE VOTE. 

Le droit de vote en France et son évolution dans les différentes luttes sociales. A-t-il encore toute sa crédibilité dans une société, aujourd’hui, plus orientée vers les loisirs ?

Joseph Sauer, ancien président fédéral, président de la section de Metz Agglomération et responsable de la commission récompenses a présenté son groupe de travail et défini les dates de présentation des dossiers pour le 8 mai et le 11 novembre, tant au niveau départemental que national, en insistant sur les différentes modalités à respecter, que ce soit dans la présentation des dossiers et les confirmations transmises à la fédération pour une bonne gestion, tout en rappelant que les récompenses n’étaient pas systématiques, mais liées aux membres méritants et cela dans la limitation liée au nombre d’adhérents de la fédération. Il précise que sont membres de droit, le président départemental et le secrétaire général.

Le secrétaire général, Pierre Jung a félicité les nouveaux entrants au conseil d’administration de la fédération de Moselle, les nouveaux membres du bureau ainsi que tous les délégués de secteur. Il a rappelé aux sections la nécessité, après chaque assemblée générale de transmettre le fichier à jour de leur bureau. Il a fait le point sur le stand UNC de la Moselle lors de la Foire Internationale de Metz, sur les permanences assurées au cours de ces 10 journées en remerciant les bénévoles. Un résultat très positif avec 107 contacts et 20 adhésions. Il faudra améliorer nos visuels pour la prochaine année en les adaptant à la modernité des engagements militaires, sans oublier tous les acteurs qui assurent notre sécurité au quotidien.

Le nouveau président de la fédération de la Moselle, Jean Charles Barrois a rappelé les tensions qui ont fragilisé l’association sur le dernier trimestre 2017, initiées par un membre du bureau, lors de la réunion des présidents à Bouzonville, mais qui ont trouvé une solution adaptée au bon fonctionnement et à la reconnaissance des travaux réalisés et aux valeurs portées par les responsables départementaux. Enfin, le congrès du centenaire organisé à Metz-Woippy, en présence du sénateur François Grosdidier, du maire de la commune, Cédric Gouth, du maire et représentant des rives de Moselle, Julien Freyburger, des écoles : Jean XXIII de Montigny les Metz et Pierre Mendès France de Woipy, du général d’Armée Jean régis Véchambre, président national du Musée de la gendarmerie et du général de Corps d’Armée Bruno Jockers, commandant la gendarmerie de lorraine et la zone de défense et de sécurité du grand Est. Les élèves ont présenté les vies de Georges Clémenceau et du Père Brottier. Chaque établissement a reçu solennellement un magnifique drapeau. Une journée extraordinaire, sans oublier les 80 porte drapeau.

Pour clore cette réunion de travail une remise de récompenses à des adhérents méritants de la section de Créhange-Faulquemont. Rendez-vous en 2019.

Le drapeau a été présenté à 240 élèves de troisième, au collège jean XXIII, le 22 juin 2018

à montigny-lès-metz

Jean-XXIII choisi pour garder le drapeau de l’UNC.

Avec une enseignante, membre de la réserve citoyenne, les élèves de 3ème de l’Ensemble Jean-XXIII se sont portés volontaires pour être pendant une année, les gardiens du drapeau de l’Union Nationale des Combattants.

Le drapeau restera pendant un an dans l’établissement montignien. Photo RL

 

Michel LARRORY, directeur de l’Ensemble scolaire Jean XXIII de Montigny les Metz et Madame Nicole RACO, professeur en classes de 3ème, initiatrice du projet, ont reçu dans les murs de leur collège, le colonel (H) Jean Charles BARROIS, membre du conseil d’administration de l’Ensemble Scolaire Jean-XXIII, nouveau président de l’UNC pour la Moselle, accompagné de Joseph SAUER, président sortant et nouveau président de la section UNC de Metz, ainsi que deux porte-drapeau, celui de la Fédération UNC de la Moselle et celui de la Légion d’honneur, pour la remise du drapeau de l’UNC aux élèves de 3ème.

Ceux-ci ont, dans la foulée, commémoré l’Appel du 18-Juin en lien avec leur programme d’histoire.

« Jean-XXIII a été choisi pour participer au centenaire de l’UNC avec le collège de Woippy », explique leur professeur d’histoire, Nicole Raco.

COMMÉMORONS UNE DATE GLORIEUSE :  LE 19 MARS 1945

Le lundi 19 mars 1945, à 16h 30, la première armée française commandée par le général Jean de Lattre de Tassigny pénètre en Allemagne à SCHEIBENHARDT (Bas-Rhin) en franchissant la Lauter.

La 6e Cie du II/4e RTT est la première unité française à franchir la rivière Lauter (qui marque la frontière entre la France et l’Allemagne) et s’empare du village de SCHEIBENHARDT. Unité de l’armée d’Afrique, le 4e régiment de tirailleurs tunisiens s’est déjà distingué lors des combats du Belvédère et dans les âpres combats des Vosges à l’hiver 1944.

SCHEIBENHARDT près d'un hôpital, un poste de commandement a été installé tandis que les goumiers du 1er GTM (Groupement de Tabors Marocains) montent en ligne devant la ligne Siegfried.

            L'année                                   CLEMENCEAU                           père la victoire   

une visite s'impose

http://www.clemenceau2018.fr/

                   INFORMATIONS DIVERSES

Combattre là-bas pour nos valeurs, vaincre ici par nos valeurs

 

La guerre appellla victoire

Lannée 2015 aurfait passelmenacterroristeFrancdlcatégorie du risque potentiel à celldlguerre, déclarée par un  ennemi  qui  assume désormais pleinement crôle.

 

Leattentats survenus depuis un an ont ainsi profondément marqué la Nation maiils ont aussi dévoilé les butdguerre de   cet   ennemi :   au-delà demassacreperpétrés, lobjectif poursuivi est bien de battren brèche nos valeurles plus essentielles. Nos « esprits » sont ainsi  autant  visés,  sinon  plus, que nos « corps »C’est d’ailleurlraison première qui permet de définiceennemcommterroriste.

En donnant à ccombat le qualificatif de « Guerre », nous nous inscrivons implicitement dans la dialectique du vainqueur et  du  vaincu. Pourtant,  si  lterme      de      « Guerre »      est désormais  largement  usité depuis quelquemois, l’emploi du      mot      « Victoire »      est curieusement absent emérite sans doute dêtre davantagconsidéré.

 

Lchemidla victoire

 

Mais à quellcondition précise sera-t-il possible d’affirmer que lguerrest terminée à notravantage ?  A  défaut dapporter une ponse immédiate à cette question complexeil semblintéressant douvrir deux pistes de réflexion.

 

La  première  découle  de  la notion  même  de  victoire quiconvient de regarderlHistoirnous lappris, davantagcomme un processus dynamique cumulatif que comme un événement unique suffisamment fort pour infléchilcours deévénements. Il seraierroné de croire que le progtechnologique  permeaujourdhui dobtenir des victoireinstantanées : ltemps reste un facteur stratégique de premieordreLa victoire se construiainsi au quotidien, elle se sédimentafil dejours par des batailles perdues que lon surmontet des batailleremportées sur lesquelles on capitalise.

 

La seconde réside dans le caractère relatif de la victoire. Nul n’est victorieux de façon absolue : c’est toujours face à un ennemi que nous sommes vainqueurs. Sans cette considération dialectique, nous sommes tentés de nourrir l’ambition irréaliste et improductive dune destruction totale de l’adversaire pour quil ne reste que nous, biaisant alors notre raisonnement stratégique. Les  leçons  du  traité  de Versailles  doivent  nous pservedun  tel  écueil. Vaincre  supposeen revanche, de prendre durablement l’ascendant sur l’adversaire dans tous les champs sur lesquels il soppose à nous.

 

Prendre lascendant

 

Ce dernier point mérite que lon sy attarde un peu. Prendre l’ascendant consiste à produire des effets supérieurs à ceux de l’ennemi, c’est-à-dire à inverser le rapport de force à la fois el’affaiblissant et en nous renforçant. Ce raisonnement doit s’appliquer aux deux principaux champs quil utilise pour nous combattre.

 

Le  plus  évident  est  celui  de« corps », champ physique dans lequel s’affrontent nos capacités militaires respectives, principalement au plus loin dans le cadre des opérations extérieures, mais également sur le territoire national à travers, notamment, lopération Sentinelle. Dans ce champ, il est aisé de visualiser la combinaison du renforcement de soi et de l’affaiblissement de lautre. La consolidation amorcée de notre outil de défense, dune part, et les  opérations que  mène la France contre l’ennemi à l’extérieur,  d’autre  part, illustrent cette recherche de linversion du rapport de force, de la prise d’ascendant. Léquilibre entre ces deux mouvements side d’ailleurs dans un emploi mesuré des capacités de défense, un emploi permettant daffaiblir l’ennemi sans éroder notre propre outil, sans user notre capital plus vite quil ne se régénère.

 

Le second champ, moins visible, est pourtant le plus important : il sagit de celui des « esprits », de linfluence, sur lequel notre ennemi actuel est extrêmement performant. La vivacité de son recrutement tient notamment en grande partie à sa maîtrise de ce champ. Son « offre de valeurs » est   séduisante.   Nous   devons, pour gagner la guerre, prendre l’ascendant  sur  le  champ  de« esprits »     par   une  offrsupérieure. Ce combat est principalement à conduire sur notre  propr territoire  car  son lieu d’application n’est autre que la nation française, et principalement ses membres susceptibles d’être tentés par la radicalisation.

 

Gagner la bataille des valeurs

 

Prendre l’ascendant dans ce champ immatériel repose sur deux thèmes fondamentaux, contribuant tous deux au renforcement des défenses immunitaires  du  pays :  l’esprit de sistance et la cohésion nationale. Ces deux thèmes nous définissent  à  la  fois  « contre » (la  sistance)  et  « avec »  (la cohésion). Ils forment le socle dun véritable projet de société qui permettrait à la Nation de se consolider et à la jeunesse de sidentifier et de canaliser ses énergies de façon vertueuse.

Je vois, dans le regard des milliers de jeunes de larmée de Terre, que je rencontre depuis deux ans maintenant, un désir de servir et d’appartenir à une collectivité qui les dépasse. Je constate une fraternité au-delà des  croyanceet  des  origines. Ces hommes et ces femmes appartiennent à la jeunesse de France ;  ils  ont  trouvé dans  le monde militaire un projet collectif, des valeurs, un sens à leur existence. Ceux qui rejoignent Daesh sont issus de la même jeunesse, mais vont chercher ces valeurs dans lislamisme radical …

 

C’est donc précisément dans linversion du rapport de force du  champ  des  « esprits »  que side notre aptitude à gagner la bataille  des  valeurs.  Cette bataille est décisive pour la victoire, elle  doit  êtrle  point d’application de tous les efforts de la Nation. Avec vingt mille jeunes qui rejoindront ses rangs en 2016, dans l’active ou dans la serve, ainsi qu’au moyen de dispositifs complémentaires au service de la cohésion national le dernier en date étant le Service Militaire Volontaire – l’armée de Terre sinvestit pleinement  dans  cette  bataille des valeurs. Consciente de son rôle capital sur ce thème, qui constitue le socle de sa nouvelle campagne  de  recrutement elle est  pleinement  déterminée à agir, aux côtés des autres forces vives de la Nation.

 

N’attendons pas de nouveaux attentats pour nous rassembler durablement autour de nos valeurs ;  la  victoire, notre seul but, passe par là !!

 

Général d’arméJean-PierrBOSSER Chef d’état-major de larmée de terre

 

Publié dans le Figaro du 21 mars 2016

Nos coordonnées

UNION NATIONALE DES COMBATTANTS FEDERATION DE MOSELLE
1 rue Fabert

57000 METZ

unc-federation-de-moselle@orange.fr
Téléphone : 03 87 36 86 45 03 87 36 86 45

 

Permanence :

Mercredi : de 14h30 à 17h30

 

Vous pouvez également 

utiliser le formulaire de contact.

SIRET: 780 005 344 000 12

>Visiteurs depuis le 15/01/2016<

Abonnez-vous

Notre partenaire Privilégié >>>>> Notre partenaire privilégié <<<<<
Vous avez installé un outil pour bloquer les publicités. Veuillez le désactiver pour que cette Web App puisse être correctement affichée et configurée.
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© UNION NATIONAL DES COMBATTANTS FEDERATION DE MOSELLE